Le projet COVID Kids

Pendant la première vague de la pandémie COVID-19, un projet de recherche «COVID-Kids» a été mené, relatif au bien-être des enfants. L’étude a examiné le bien-être subjectif des enfants et les expériences quotidiennes des enfants âgés de 6 à 16 ans au Luxembourg.

Le projet de recherche COVID Kids a utilisé une approche de méthodes mixtes combinant un questionnaire et des entretiens. Le questionnaire anonyme a été en ligne du 6 mai au 14 juillet 2020 et a été rempli par 680 enfants de différents pays.

Le questionnaire s’est articulé autour de trois parties principales :

  1. Des informations générales sur les participants;
  2. La vie et l’école avant la pandémie;
  3. La vie et l’école pendant la pandémie.

Des entretiens ont été menés avec 22 enfants âgés de 8 à 16 ans au Luxembourg.

Outre les principales conclusions, l’étude fournit également quelques recommandations pour améliorer le bien-être des enfants et comment minimiser, voire éviter les effets négatifs à long terme sur la santé physique et mentale des jeunes.

BIEN-ÊTRE SUBJECTIF ET EXPÉRIENCES QUOTIDIENNES DES ENFANTS DE 6 À 16 ANS PENDANT LA PREMIÈRE VAGUE DE LA PANDÉMIE COVID-19 AU LUXEMBOURG
téléchargez le rapport

SUBJECTIVE WELL-BEING AND STAY-AT-HOME EXPERIENCES OF CHILDREN AGED 6-16 DURING THE FIRST WAVE OF THE COVID-19 PANDEMIC IN LUXEMBOURG
download the report

La satisfaction des enfants à l’égard de la vie a considérablement diminué de 96% (avant la pandémie) à 67% (pendant la pandémie).

Pendant la pandémie, le bien-être émotionnel s’est affaibli surtout pour les enfants plus âgés, ceux issus de milieux socio-économiques inférieurs. Même constat pour les filles.

Le bien-être subjectif dépend beaucoup de la difficulté, quantité et du contenu du travail scolaire pendant la fermeture de l’école; ainsi que la peur de tomber malade et la satisfaction de la manière dont les adultes écoutent les enfants.

Leurs amis (37%) et leur famille aussi 37%) ont manqué le plus aux enfants lors de la fermeture de l’école et du confinement.

32% des enfants ont indiqué de s’inquiéter souvent qu’eux-mêmes ou un de leurs proches pourraient tomber malades pendant la pandémie.

Les enfants ont été beaucoup moins «actifs» pendant la pandémie. 46% des élèves du secondaire ont indiqué souvent passer du temps à «ne rien faire». Même que 86% des enfants de l’école primaire ont indiqué jouer ou 69% passent aussi du temps à l’extérieur plus fréquemment, ce pourcentage diminue pour les adolescents à 35% ou 54%, respectivement.